Du repos et le test de l’eau froide (préparation Celtman)

La semaine a été light, car nous savions que le weekend allait être chargé (1er test!) : le brevet des 100km à vélo le samedi, et le le trail du Val d’Egray de 26km dimanche.

Du coup, le repos a été le maitre-mot de cette semaine.

Et surtout… moi qui avait grand hâte d’essayer la nage en eau froide… J’ai enfin pu barboter dans l’eau fraiche!

nage froid1

J’y vais… j’y vais pas ??? Brrrr…

10 degrés, une combinaison de nage, deux bonnets en silicone, et me voilà à plonger dans l’eau… Les pieds sont frais, les mains aussi, tout est froid et je nage, j’y suis. Je me dit que je suis bien, que l’eau est fraîche, mais que ça va aller… Et puis mon corps s’habitue… Je crois que oui, je me sens bien !

nage froid3

L’entrée dans l’eau est le moment le plus difficile, malgré la combinaison et les 2 bonnets…

Je sors après 20mn d’immersion pour commencer… Mes pieds et mes mains sont gelées… Une douche tiède fera le plus grand bien !

Je suis aussi extrêmement touchée par tous les soutiens que nous avons eu déjà sur ulule, vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me booste, je vais me donner à fond pour aller jusqu’au bout ! Donc, pas de froid qui tienne, on y va et on donne tout !

Un grand merci encore ❤ ❤ ❤ !!!!!!!

Marion

Sophie nous raconte sa gestion du repos :

Cette semaine était sous le signe du repos…autant vous dire que pour une pile électrique comme moi le repos= punition ! J’étais vraiment très frustrée à l’idée de ne rien faire, ni courir, ni rouler, juste quelques séances de natation à la cool. Ces 5 jours ont été assez difficiles à gérer, tant physiquement que mentalement. Je me sentais terriblement courbaturée et mollassonne…donc complètement inefficace ! Dur dur, ce sentiment de penser perdre tous ses acquis et retourner à la case départ… Alors qu’au final ce repos est censé nous ressourcer, nous redonner des forces, recharger les batteries pour les grosses semaines à venir… Cette réflexion arrive un peu trop tard dans l’esprit mais le principal c’est qu’elle soit là, et puis je savais que le week-end allait être chargé…

Effectivement, une belle cyclo de 100 km m’attendait le samedi après-midi et un bon trail de 26 km le dimanche matin…Autant vous dire que j’en ai pris pour mon grade. Après la cylo du samedi, même si je l’avais bien passé, je m’étais forcément dit que le trail allait être bien compliqué ! Je connaissais le parcours et son exigence, et je connaissais l’état de mes jambes et le manque de prépa en cote…

trail val d egray 7 soso

Comme à notre habitude, on part ensemble Marion et moi et je savais que Marion avait envie de taper un peu plus dedans et qu’elle avait sa stratégie en tête, on fait les premiers kilos ensemble puis elle part tranquillement devant.

Arrivée au 5ème kilo je sens une jolie courbature arriver sur mon mollet gauche comme deux jours auparavant à la natation. Elle n’était pas franche juste une petite douleur m’informant qu’il ne fallait pas trop forcer… Bon et là je me dis que ca va être long !

trail val d egray 9 soso

Arrivée au premier ravito, je suis dans le dur, mes jambes ne répondent plus comme je l’aimerai… J’ai mal partout des orteils en haut des fesses. J’ai les pieds gelés, des cuisses et mollets rouge écarlates et j’ai mal. Je me dis que de toute manière ca ne sert à rien de m’éterniser au ravito, je vais continuer tranquillement. Au bout du 10ème kilo, je suis au même niveau qu’une autre traileuse, et on commence à papoter et à s’emmener l’une après l’autre. OUFF ca me fait un bien fou de pouvoir penser à autre chose que mes jambes qui ne veulent pas m’écouter, on fait un bon bout de chemin ensemble, vers le 17ème je commence à lâcher, les cotes deviennent insurmontables en courant et en marchant. Ma coéquipière traileuse part devant mais je la vois toujours donc ca me rassure, je ne suis pas très loin. Et là, parce qu’il fallait que ces 26 km soit remplis de bonheur, mes lacets me lâchent au 20ème kilo…je dois donc m’arrêter, perdre de vue ma traileuse, et surtout m’accroupir pour refaire mes lacets. Je crois que je n’ai jamais eu autant mal à mes jambes en étant accroupi…Je repars je ne sais même pas comment, je rattrape un autre groupe, et je vais les suivre jusqu’au bout, j’alterne entre marche et couse…ma tête me dit de courir, et mes jambes ne demandent qu’une chose que je m’arrête.

Je pense à ce moment là à Vichy, et je me dis que la douleur sera similaire voir même pire après mes 180km de vélo. Ma tête devra alors m’emmener jusqu’au bout…chose qu’elle a fait en ce dimanche sur ces 26 km de trail. J’ai découvert de nouvelles sensations, de nouvelles douleurs, et de nouveaux muscles… Alors même si aujourd’hui je marche comme un cow-boy, je suis hyper satisfaite et heureuse de ce beau week-end…

Sophie.

Total de la semaine :

Natation : 3 séances 3000m

Vélo : 1 séance : 100 km

CAP : 1 séance : 26 km

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s