J’ai fait l’ironman de Barcelone par Colombe!

Que de chemin parcouru depuis ce fameux article ou elle rêvait de passer la finish line d’un Ironman. Aujourd’hui, Colombe nous raconte sa course… Car Madame est finisher, de belle manière, avec le sourire et l’émotion ! BRAVO Colombe ! Que nous réserve-t-elle après ça 😉 …

Belle lecture à vous, qui cherchez l’inspiration parfois, ou le souvenir. Que cela puisse vous porter haut dans le cœur.

« Vendredi 30 octobre, 14h30 Gare de Lyon. Me voilà dans le train direction Barcelona Sants, c’est parti pour un week end pas exactement comme les autres…

J’ai le temps de pas mal douter pendant mes 6h30 de train… J’aurais dû m’entraîner bien plus, venir avec un autre vélo, attendre davantage avant de franchir le cap de la distance XXL…, et puis, mon vélo, il se fait piétiner dans le couloir, coincé entre les voitures 6 & 7, non?!
A mon arrivée, je retrouve mes 4 amis venus en avion (pas fous eux!! Pas de vélo à transporter surtout!), nous faisons route vers notre maison de location à Arenys del mar. Ils me font vite oublier la course de dimanche. C’est un week end de potes avant tout! Et puis mes 4 amis vont être parents très bientôt alors c’est émouvant, c’est un peu comme le dernier week end sans enfants!

Le lendemain matin on décide d’ignorer le briefing de l’organisation. Jean Marie me lance ironiquement: « ils vont te dire quoi?? Alors vous allez nager puis faire du vélo puis courir…?! »
Ok! On passe, on ira au dernier moment, comme d’habitude quoi !
Je décide de changer mes 2 chambres à air, histoire de partir avec un vélo « neuf ». Les garçons me regardent faire. No comment…!
-« On va t’aider hein??! Et tu prendras bien ton portable dans ton camelbak au cas où… 🙂
-Nan mais t’inquiète les espagnols ils sont au taquet, il y aura forcément quelqu’un au bord de la route pour te filer un coup de main …. ».
Je pleure intérieurement.

On se rend à Calella dans l’après midi pour déposer mon vélo et mes affaires (j’en ai oublié la moitié dont mes baskets de course quand même !), récupérer ma puce, mon super sac à dos (+++!), les sacs de transition… J’adore ce sport mais niveau matos c’est une tannée ! Je les suis en vélo, je prends un tronçon de route le long de la mer que je prendrai le lendemain et je constate qu’il y a… du vent! La mer est bien houleuse aussi. Un régal pour les kite surfeurs que je vois au large mais moins pour les apprenties cyclistes. Je continue de pleurer intérieurement.
Mais dans QUOI me suis je embarquée…?
Le village Ironman n’a rien de réconfortant; tous avec des vélos de champions du monde, des t-shirts finishers d’Ironmans passés… Je me sens telle une touriste! Et je le suis! Je fais la queue pour consulter le « bike doctor » , il regarde mon vélo (un btwin qui m’a coûté 300 euros et qui d’après son mode d’emploi n’est pas sensé excéder 40 kms) puis moi en allers & retours. Il m’esquisse un petit sourire amusé, je lui demande de regonfler mon vélo n’ayant pas de pompe a pied avec moi. Il sourit largement puis me lance un « Good luck » ironique …! « Come back tomorrow morning at 6 to do it again  » « No way…. At 6 je dormirai…!!! ». Les copains rient beaucoup en voyant la scène de loin mais je garde mon cap en allant le garer dans le parc à vélos. Au moins entre 2 avions de chasse ce ne sera pas mon petit bolide qui sera volé…

Je doute BEAUCOUP, mon naturel très positif a du mal à prendre le dessus…!  Les garçons me font part des doutes qu’ils avaient pu avoir eux aussi lors de leurs grosses courses, me rappellent mon objectif qui est « juste » d’aller au bout et de prendre un maximum de plaisir…
Bon demain sera un autre jour! 

Je reçois plein de messages trop sympas de ma famille et mes amis et puis Caroline, Adeline, Paul et Jean marie sont là pour me bichonner et me changer les idées! Le « banal » week end entre potes reprend le dessus !
Je me couche bien plus tard que prévu; la nuit sera de toute façon courte!!!

Reveil 6h30, pour un départ de course à 8h45!

IMG_1338.JPG

Gros stress au départ sur la plage, je vois peu de femmes et tous ces hommes qui ont l’air de pétocher, ça ne me rassure pas! Je vérifie mon btwin, c’est bon il n’a pas crever depuis la veille! Je n’y touche pas du coup! Je remplis tous mes sacs de transition et répartis mes kilos de barres préférées et autres pompotes!! Je rejoins Paul, Jean Marie et Caroline sur la plage, ils blaguent autour de moi. Que je les aime ces amis, toujours là quand il faut avec l’humeur et l’humour qu’il faut! Je pense fort à ma Famille, à Nico, Gus, Tom, Elo et Gab et tous les autres amis absents aujourd’hui mais bien connectés en pensées! Je regarde les bouées à viser et je ne vois pas assez loin pour visualiser celles du fond, « ça ne présage rien de bon cette affaire »…! Je sais que je peux le faire car la natation est devenue mon point fort mais ça va être long quand même… 3, 2, 1 GOOOOO…  Le départ en rolling start est très agréable même si la fluidité ne perdure pas! Je me prends des coups mais j’ai l’habitude avec les piscines parisiennes! J’ai pris le rythme et j’essaie de rester à droite du paquet puis à gauche dans le sens retour, je ne mets aucune jambe car j’en aurais besoin par la suite et ma super combinaison m’y aide; effet multi pull boys garanti! Je sors après 1h12 de crawl. C’était loooong mais je ne me suis pas mise dans le rouge et à l’exception de mes bras, mon corps est encore tout frais! Je croise mes copains qui m’encouragent comme des fous ! Trop contente de voir leurs sourires. La course est lancée, le stress de la veille et du matin s’est, au fil de l’eau, dissipé… Que j’aime ce sport!

J’entame le vélo, un concurrent me glisse « toi avec ton btwin tu vas au bout hein ! » Mon btwin suscite pas mal de gentils (OK moqueurs!) commentaires des français qui me doublent! 
Mes jambes sont fraîches et comme ça m’exaspère déjà de me faire doubler par des dizaines/centaines de vélos hybrides, je vais un peu plus vite que l’allure que j’avais en tête. Le parcours est très roulant aussi, ça aide! Je remercie mentalement mon amoureux Nico et nos escapades au Pays Basque qui m’ont endurcies! Je vois des gens qui réparent leurs vélos sur le bas côté ce qui me ramène à mon GROS stress du jour, le problème technique!!! Je chasse les pensées négatives, j’encourage (par son ptit nom!) mon vélo à ne pas crever !!! Et je roule! Au 70e km, je vois mes copains, ça me donne un coup de boost immédiat je pense à tous les gentils messages reçus la veille pour me soutenir… Au 100e KM je recroise mes copains 🙂 Je ne vais pas tarder à entrer en terre inconnue; je n’avais jamais roulé plus de 104 km… Est ce que mon vélo va exploser en vol ou même moi…?! Je pense à des trucs complètement débiles mais ça m’occupe!  En revanche depuis le début, je pense à bien boire et manger, j’écoule mon stock tranquillement mais sûrement… Désormais je les envie tous avec leurs prolongateurs et leurs vélos grand luxe car je commence à avoir un peu mal au dos autour du 150e km. Mais je sais que c’est bientôt fini et que le plus gros de la course est déjà derrière. Ça fait du bien au moral! A 10 km de la fin, je m’étire comme je peux le dos et commence à mouliner pour alléger mes jambes… ! Je me dis aussi que cet été, après les belles balades à vélo, on enchaînait toujours par un festin puis une bonne sieste… Ahahah dur de penser alors au… marathon qui m’attend! J’en rirais « pressssque »!
Je pose mon vélo et là grand soulagement: le plus dur est passé et je ne m’écroule même pas! 
Il y a pourtant un petit problème qui ne va pas tarder à pointer son nez! Depuis les 15 derniers kms en vélo je n’ai rien mangé car j’ai un réél dégoût de toutes mes barres ! Ils avaient donc tous raison avec leur technique des petits sandwichs scotchés au vélo!!! Le sucré ne passe plus et grosse déception il n’y a rien que j’aime aux ravitos (je déteste les boissons énergétiques, gels…Où sont les TUCs ?!).

IMG_1370.JPG

Paul me voit, il me trouve palote, je lui explique. Mes copains vont alors me sauver la mise en allant m’acheter des amandes grillées salées ! Merci Adeline pour l’idée de génie ! J’avais besoin de sel et ces amandes me font revivre! Aux ravitos, je marche, bois, mange mes amandes, rebois puis repars! Les gens marchent tout autour alors ça fait du bien au moral de me sentir « courir » ! Je vois mes copains souvent, ils sont extras de me soutenir comme ça, de vrais anges gardiens 🙂 Caro et Adeline sont bien enceintes et ont malgré tout fait le déplacement pour moi, j’y pense souvent… Paul et Jean Marie (plus mobiles!) courent très souvent le long des barrières avec moi, ça nous permet de papoter et le temps passe plutôt vite et bien! Ils me disent que je vais sûrement le faire en 13h ou même moins, ça me donne la pêche et je profite encore plus du fait que je suis en train de terminer un Ironman. Ma tête savoure même si mon corps se traîne un peu!!! Je ne vais pas tarder à boucler la 3e et dernière boucle. J’entends au loin, la musique et le speaker « You’re an Ironman… », Paul est toujours là à courir et m’encourager, je comprends que c’est la fin et que je vais terminer cette course de malade! Quel bonheur ! J’ai presque envie de prolonger le moment!!!! Et en même temps; ça fait dejà une bonne heure qu’il fait nuit, je suis partie au petit matin, j’ai 225km dans les pattes… Bon OK il serait peut être temps d’en finir non?! Plus que quelques petits mètres et…… you’re an Ironman!!!!!! YOUHOOHOO mon sourire est comme figé :)) Je suis HEUREUSE et FIERE! Je me dis dans mon for intérieur que je viens de réaliser quelquechose qui n’est pas anodin…! Et surtout je vais super bien et… mais quel KIIIFFFF cette journée !!

IMG_1383.JPG

Le soir je découvre plein de messages tellement gentils et positifs, mon bonheur n’en est que plus grand… MERCI la Famille et les Amis, MERCI Paul, Adeline, Caroline et Jean Marie. Vous m’avez été essentiels.
Le lendemain, à mon retour à Paris, ma soeur vient me chercher à la gare et je lis dans ses yeux une grande fierté, je suis HEUREUSE. Puis mes copains du club de course m’ont organisé une belle fête surprise. C’est vraiment génial d’être entourée de gens si gentils et bienveillants…beaucoup de cette bande là se sont mis récemment au triathlon car le PUC a désormais sa section triathlon et je comprends un truc essentiel en les voyant. On voyait tous cette épreuve comme un truc un peu ultime, un truc de warrior… Le fait que je réussisse cette course montre bien que TOUT EST POSSIBLE car rien n’était gagné au départ ! ANYTHING IS POSSIBLE (le teaser Ironman !!!). Quand le coeur y est, le corps est bel et bien capable de suivre… Tout cela reste du sport donc de la joie, du fun, du partage… Une grosse bulle positive m’enveloppe et même si cela ne durera pas je crois qu’elle restera toujours un peu là quand même, prête à se reformer au simple souvenir de cette ligne d’arrivée franchie … ET SURTOUT j’en suis sûre,elle en a déjà contaminé plus d’un! Paul et jean Marie commencent déjà à vouloir remettre ça très vite! Elise, Marine, Nico, Kotaro, Rémi, Sam, Thomas, Cedric, Philippe…suivront très bientôt aussi j’en suis sûre :))
Une belle bande de joyeux FOUS quoi !

Colombe. »

Publicités

Une réflexion sur “J’ai fait l’ironman de Barcelone par Colombe!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s