J’ai fait les Templiers par Hélène Morisseau !

Hélène Morisseau est une traileuse passionnée, elle aime aussi le vélo de route, et ses passions l’amènent à écrire pour la Nouvelle République, en dehors de son job, ou elle raconte notamment les aventures de nos handballeuses Celloises mais pas que. Hélène est souvent de l’autre côté, pour prendre la plume et mettre les autres en valeur. Humble et sans prise de tête, elle se met rarement en avant pour raconter ses exploits de course. Alors je voulais la remercier, pour ce partage qu’elle nous fait aujourd’hui, car Hélène est finisher des Templiers, une course de 76km avec 3550m D+… et elle va nous raconter sa course !

Bonjour Hélène, et BRAVO pour ce beau résultat et le partage que tu vas nous faire sur cette très belle course..

  • Tout d’abord peux-tu nous parler un peu de toi ? Qui es-tu ? Que fais-tu comme travail ?
  • Je viens juste d’avoir 45 ans, originaire de Vendée. Je suis gestionnaire sinistres à la Maif et je suis attirée de plus en plus par le journalisme parce que j’aime écrire et que je suis curieuse de la vie en général. Je suis un peu hyperactive et très équilibriste entre le travail, les enfants, le mari, les amis, le sport, les piges, la lecture car je ne veux rien sacrifier…
  • Quel est ton parcours sportif ? Comment t’es-tu mise à la course à pied et au trail ? Quelles autres courses as-tu déjà faite avant ?
  • J’ai fait du sport très jeune mais que des sports collectifs : du hand d’abord, du volley et puis je suis revenue à mon sport de prédilection le hand où j’ai joué longtemps en Vendée puis en Deux-Sèvres. J’ai arrêté la compétition au moment de ma première grossesse en 2002. Après la naissance de mes deux enfants, j’ai repris une année au HBC CELLES mais je ne me retrouvais plus sur un terrain, moins combative alors j’ai tourné la page. J’avais déjà commencé à courir entre mes deux grossesses, je me suis engagée sur des 10 kms, des semis et puis des marathons (4). Depuis plusieurs années déjà, je déserte les courses sur route pour ne faire que du trail. Je fais partie du club de l’ASPTT devenu cette année RUN IN NIORT que je ne fréquente pas très régulièrement mais qui est un club dont les valeurs me correspondent bien. Concernant les trails, j’en ai couru beaucoup mais je peux citer les Gendarmes et les Voleurs (32kms) dans le Limousin qui est vraiment une course que j’affectionne (3 participations), le trail du Bout du Monde (57 kms) dans le Finistère, la Pastourelle (53 kms) dans le Cantal, la Vénasque à Luchon (45 kms) et bien évidemment les trails locaux ceux du Challenge Trail 79 et quelques trails en Vendée (Bol d’Air, le Champ du Loup) que je fais très régulièrement avec toujours le même plaisir.

 

  • Cette année, tu as voulu participer à la course des Templiers, 76km et 3550mD+, un sacré défi ! Pourquoi cette course ? Que t’inspirait-elle ?
  • En fait je m’étais toujours dit que mon premier ultra ce serait les Templiers sans trop savoir si j’y participerais un jour ou non. Je connaissais déjà un peu la région pour avoir couru deux fois le Marathon des Causses et la Mona Lisa et puis il y a quelques années, on a suivi un copain de l’ASPTT qui faisait les Templiers et secrètement je me suis dit « pourquoi pas moi un jour ? ». Après beaucoup d’amis trailers m’ont dissuadée d’y participer en me disant qu’il y avait trop de monde (2500 participants). Mais je ne me suis fiée qu’à mon instinct et la grande course des Templiers s’est imposée d’elle-même.

 

  • Comment t’es-tu préparée pour cette course ?
  • Ma préparation a été un peu atypique. J’ai commencé début juillet par faire le trail de la Vénasque (43 kms) à Luchon, cela m’a donné un avant-goût de l’effort de longue durée et puis après j’ai participé à la semaine fédérale de cyclotourisme à Dijon début août où j’ai accumulé les kilomètres à vélo (presque 500). La préparation a ensuite été plus ciblée trail mais jamais très lourde en terme de séances. J’ai mis l’accent sur le travail spécifique en côte et les sorties longues dont une de 5-6 heures que j’ai faite à Mervent et puis j’ai fait quelques courses (le bol d’air à Mervent 25 kms et les Boucles de l’Egray 16 kms) et début octobre j’ai fait un raid sportif de plus de 5 heures sur l’Ile d’Oléron. Mais c’est une construction sur plusieurs années, je n’ai pas brûlé les étapes grâce à mon coach Benoît (d’Alternativsport) et puis j’ai augmenté progressivement les distances…Avec le recul, je pense que ma prépa était adaptée, elle a été variée et complète. L’autre avantage c’est que je suis plutôt résistante et rarement blessée ce qui permet d’avancer. Par contre, je chute régulièrement…

La course en images :

trail-templiers

denivele-trail-templiers

  • Raconte-nous, le Jour J et tes sensations ?
  • Ce dimanche 23 octobre, réveil à 4 heures, je me sens prête pour me lancer dans le défi de l’année, pas plus stressée que cela. Je n’ai jamais trop douté de ma capacité à terminer la course mais après il fallait quand même passer les barrières horaires. Je suis dans ma bulle déjà depuis une journée et je n’ai pas beaucoup tergiversé même juste avant le départ en m’installant dans le dernier sas. Les trois premières barrières je les ai passées plutôt largement, par contre j’ai dû me faire violence et prendre quelques risques dans la dernière descente pour passer dans les temps à Massebiau. Je me préparais aussi à ce que ma course s’arrête là et en même temps, je me voyais la continuer. J’ai en effet perdu pas mal de temps après le troisième ravitaillement (après le 50ème km) sur des parties assez roulantes où je n’avais plus l’envie de courir mais il parait que la course commence véritablement là, je le confirme. A Massebiau, on me dit que c’est bon pour moi, je passe un pont enjambant la Dourbie et je savoure ce moment presque idyllique où je me dis que je n’ai rien lâché et quelque part j’ai déjà gagné mon pari… helene1La fin de course a été redoutable : la fameuse montée à la ferme du Cade avec un magnifique coucher de soleil sur le pont de Millau, le dernier ravitaillement avec cette soupe de légumes qui ne passe pas et cette crêpe difficile à avaler et c’est reparti dans la nuit, avec la frontale pour les 7 derniers (interminables) kms. Je ne pensais mettre autant de temps sur cette dernière partie mais il y a eu déjà une grosse descente technique avant d’aborder la montée du Pouncho d’Agast qui fait très mal avec quelques bouchons sur la partie d’escalade avant de filer vers la grotte du Hibou très vite traversée. Et puis les 4 kms de descente en sous-bois, un peu casse-gueule, glissant, avec quelques cordes et beaucoup de trailers qui comme moi n’avait qu’une envie : passer la ligne d’arrivée. L’ambiance était détendue car tous on savait qu’on serait finisher peu importe le chrono qui défilait pourtant plus vite que les mètres…Cela peut paraître long de partir à 6 heures et d’arriver à plus de 22 heures mais le temps s’écoule vraiment différemment. A l’arrivée, je ne pleure pas, je ne m’écroule pas de fatigue, je vis ce moment de façon assez paisible avec la satisfaction très intérieure d’avoir réussi. Les sensations ont été dans l’ensemble bonnes avec un seul gros passage à vide.

helene2

  • Que retires-tu de cette aventure ? Quel souvenir en gardes-tu ?
  • C’est un passage important dans mon parcours. C’est la fin ou le début d’un cycle je ne sais pas encore et puis c’est une course mythique, être finisher des Templiers c’est une véritable satisfaction personnelle. Les souvenirs sont à la fois multiples et terriblement fugaces. Je me souviens du vautour qui a tourné autour de moi et d’un autre coureur, des paysages magnifiques dans les Causses et de tous ces trailers avec qui on scelle une amitié de course aussi éphémère qu’importante sur le moment. On échange, on blague, on questionne, on s’encourage…Je ne peux pas passer à côté d’un coureur à l’arrêt sans lui demander si ça va pour lui, je distribue un sporténine à un coureur pris de crampes, un trailer me donne gentiment une barre énergétique et me dit de filer sans lui pour passer la barrière horaire. C’est aussi cela le trail, on est terriblement seul à se batailler avec notre défi qui est à la fois physique et mental mais on est souvent, si on le veut, dans le partage. Et puis il y a ce partage avec mes deux copines « d’assistance » qui m’ont suivie et encouragée toute la journée et qui ont aussi souffert aussi à leur manière. C’était impensable de ne pas franchir cette ligne d’arrivée pour elles en premier.

Le bonheur d’être finisher :

helene3

Le trail des templiers, pour vous donner envie :

  • Quels sont tes prochains objectifs maintenant ?
  • Je vais très vite m’inscrire pour le trail des Citadelles (40 kms) en Ariège qui aura lieu en avril 2017, je me fais une joie de monter au château de Quéribus, j’adore les châteaux cathares. Je commence aussi à être attirer comme un aimant par le Grand Raid des Pyrénées (le Tour des Lacs – 84 kms et 5500 m D+) même si je redoute un peu la chaleur qu’il peut faire en août comme cette année. Mais les courses de montagne m’attirent et puis j’adore les montées longues et rudes…et puis j’aimerais bien faire un voyage itinérant en vélo de route plutôt en off, mais récemment je regardais le site du Raid Extrême Vosgien en y rêvant un peu… L’ultra m’attire que ce soit en marchant, en courant, ou en pédalant et je ne sais encore où sont mes limites…

Hélène.

Merci Hélène, belle route à toi… Que tu puisses vivre tes rêves encore et encore ! Et merci pour ce partage ! ❤

Plus d’infos ici:

http://www.festivaldestempliers.com/courses/templiers/

Publicités

2 réflexions sur “J’ai fait les Templiers par Hélène Morisseau !

  1. DELIGNE Marie-Laure dit :

    Merci à toi, Hélène, pour ce récit passionnant d’une passionnée qui a le don de transmettre des émotions vraies et de partager son altruisme ! Ne change surtout rien… à travers ces lignes, je reconnais les bons moments passés ensemble notamment sur un terrain de handball… pas plus lucide et volontaire que toi !!! Je dirai même efficace ! Plein de bonnes choses pour la suite… et fonce, comme tu sais le faire ! Au plaisir de se revoir ! Mes amitiés. Marie-Laure.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s