Eco-trail de Paris, 80km d’humilité!

Ce week-end c’était l’éco trail de Paris, une course dans la ville, à travers chemins (92% de chemins et sentiers). Plusieurs formats disponibles, 18/30/45 et 80km. Evidemment, pour peaufiner ma préparation « double ironman », j’avais opté pour le 80km et 1500m de D+.

ecotrail paris

J’avais pris la route dans un état d’esprit positif. J’étais sereine et j’avais vraiment hâte de me tester à nouveau sur la distance, avec en tête les enseignements de la SaintéLyon. J’avais décidé de partir doucement, d’essayer de gérer au mieux, de mieux boire. L’organisation a été impeccable, et me voilà sur la ligne de départ rapidement. Il fait froid, il faut attendre, mais je sais que lorsque nous commencerons à courir, nous aurons rapidement trop chaud.

départ

Quelques regards échangés avec Lui, le départ va être donné. J’ai le cœur léger, et je sais que tout va bien se passer. Car peu importe aujourd’hui, je prends tout ce qui s’offre à moi, je vis tout comme des expériences enrichissantes.

eco trail marion

Les 27 premiers kilomètres sont très roulants, nous contournons des lacs et sommes dans la forêt. Quelques gouttes de pluies viendront nous embêter, mais rien de bien méchant. Au 10ème kilomètre je fais la rencontre de Jawad, nous avons le même rythme semble-t-il. C’est sa 2ème participation, l’année dernière il a déjà bouclé l’eco-trail en 10h30. Nous papotons un peu et sans vraiment se le dire, nous décidons de courir ensemble.

Le premier ravito se passe bien, je suis encore fraîche. Mes genoux m’expliquent qu’il faudra ralentir le rythme pour finir au bout. Je bois et mange suffisamment. C’est maintenant que la course commence. Car le prochain ravito est à 56km… et ça monte et descend énormément!

Jawad me donne des conseils, et m’explique comment s’était passé sa course l’année d’avant. De précieux conseils qui m’aident à avancer étape par étape.

Il a un petit coup de moins bien vers le 35ème kilomètre et nous marchons un peu. Je suis contente, ça m’aide à tempérer, et après tout, je crois que nous allons être compagnons de galère. On parle peu mais on fonctionne de la même manière, nos rythmes sont en cadence, et lorsque l’un semble vouloir prolonger la marche des longues montées, l’autre reprend le pas pour trottiner et avancer plus vite. Nous nous motivons à aller plus vite, en gérant nos efforts. Jamais Jawad ne se plaindra, ni moi non plus d’ailleurs. Et ça nous aide beaucoup je crois.

C’est un peu la magie de ces trails, de pouvoir faire des rencontres éphémères, d’être simplement deux êtres humains en train de réaliser une course difficile et de pouvoir s’entraider. Nous ne nous demandons rien, et nous ne nous reverrons peut-être jamais après, mais le temps d’une course, nous sommes comme des frères, deux êtres humains qui ont compris que s’entraider nous rendra plus fort, et que d’écraser l’autre ne nous aidera pas. Alors sans dire un mot, nous continuons notre chemin et ça fait du bien à mon humanité.

trail paris

crédit : eco trail paris

Au bout du 42ème kilomètre, je crois que j’intériorise le fait que j’ai couru un marathon, et qu’il va falloir en courir deux… N’ayant jamais couru plus de 55km, il va falloir que je me donne pour aller au bout. Ça devient de plus en plus difficile. Mes muscles se raidissent.

C’est assez incroyable ce sentiment de se sentir si humble… Chaque course en ultra est un nouveau départ. J’ai beau avoir couru tant de courses, et fait de nombreuses heures d’efforts, cela ne fait pas de moi quelqu’un d’invincible. Au contraire. J’ai l’expérience et la sagesse pour m’écouter, mais il faudra quand même redoubler d’efforts pour aller au bout de cette course. Après tout, je l’ai voulu, je suis là maintenant.

Mes jambes deviennent raides, mon dos me fait souffrir. Je n’ai pas l’habitude de courir avec mon sac Salomon. Tiens, il faudra que je m’y fasse et que je me bouge un peu pour le faire systématiquement si je veux habituer mon corps à courir de cette manière.

J’ai atrocement chaud car je suis bien couverte, et je suis bien lorsque l’on marche. Je transpire, mais au moins je n’ai pas froid. Cela va si vite d’être frigorifié.

Le vrai point de passage est le ravito de 56km. Heureusement, ses yeux lumineux m’attendent à chaque point de passage. Je le cherche du regard, j’attends de pouvoir me serrer un peu contre lui pour reprendre des forces. Je veux simplement me laisser aller.

C’est dur. Je sais que ça va être dur. Je sais que c’est mon mental qui va faire la différence. Il faut rester concentrée, focalisée.

Il faut faire attention aux racines, nombre de coureurs tombent devant nous. Je manque de tomber plusieurs fois, par inadvertance souvent, les pieds rasent le sol pour économiser les forces, mais le sol est capricieux.

eco-trail-de-paris-1-bs

Je me dis souvent « détends-toi Marion, détends-toi » pour aider mon petit corps à se décrisper. Et puis surtout, j’accepte la douleur. Elle est là, mes muscles sont en tension, après déjà tant d’heures d’efforts, de longues montées, de longues descentes… Alors oui, je l’accueille, et je la laisse parler. Elle me dit simplement que c’est long et difficile, mais que tout va bien.

Nous voyons des gens vomir sur le côté, s’arrêter, cramper, marcher difficilement… Courir à petit pas aussi… Oui, c’est dur pour tout le monde. Les longs silences parlent beaucoup. Personne ne se plaint, on essaie tous d’avancer pour arriver au bout.

Au ravito du 69 ème km, je commence à être vraiment raide mais il reste 11 petits kilomètres pour rejoindre l’arrivée ! Une petite soupe au ravito, de larges sourires encore, et ce sera bientôt la fin. Jawad me dit qu’il commence à être dans le dur. Ça me rassure, moi aussi.

C’est désormais lui qui me porte. Avec beaucoup de gentillesse il m’encourage et m’attend. Je peine dans les descentes, et j’ai mal aux pieds. En fait, je découvrirais que j’avais 6 jolies ampoules. Tout me fait souffrir. Et plus nous nous rapprochons de l’arrivée, plus c’est difficile, mes jambes se raidissent encore et encore… Mon dieu, on la vois cette tour Eiffel, elle est là, il faut faire le tour ? Non, je veux y arriver … Nous courrons les pavés, j’ai mal sous le pied mais ce n’est pas grave, plus rien n’est grave, j’ai envie de pleurer… Petit tour autour de la tour Eiffel avant d’entamer les marches. Jawad file vers les escaliers, moi je Le retrouve. Il a suivi la course de bout en bout. Je m’arrête un instant pour le serrer contre moi, ou plutôt pour qu’il m’enlace et me réconforte. C’était si dur…

Je file à la tour Eiffel, enchaîne les marches avec facilité, je me mets à pleurer, pleurer de bonheur, d’émotions. Tout lâche, complètement. Quel bonheur d’être en haut. Alors c’est ça, j’ai vraiment droit au bonheur, j’ai vraiment droit à tout ça? J’ai le droit d’accueillir toutes ces émotions et d’en faire de belles tranches de vie ? Alors c’est ça, si je laisse partir mes peurs? J’ai le droit à tout cela, l’entraide, l’amitié, l’humanité, la passion, le bonheur et l’amour… Si on m’avait dit que la course à pied m’apporterait autant de réponses… Je n’y aurait pas cru…

eco trail jawad

Moi et Jawad à l’arrivée en haut de la Tour Eiffel !

Je finis en 11h27, heureuse d’en avoir terminé. Il faudra soigner les brûlures liées au échauffements (pieds et fesses ! ouie ouie!), tirer des leçons de cette expérience pour pouvoir courir plus longtemps. Eh oui, depuis que je sais que je suis sélectionnée pour la diagonale des fous, il va falloir enchaîner et enchaîner !!!!

Je vous conseille cette jolie course, et malgré la grosse organisation, c’est vraiment une course ou l’ambiance est bonne, familiale, et l’arrivée vraiment magique !

Un IMMENSE MERCI à Jawad pour m’avoir accompagnée lors de cette course, qui aurait surement été plus difficile en solitaire !

Publicités

3 réflexions sur “Eco-trail de Paris, 80km d’humilité!

  1. Ping : Le festi-trail : 80km pour valider la qualif de la diagonale des fous! – Marion Delas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s