Je suis finisheuse du double ironman de Marans!

Ce weekend-end avait lieu le #défimarandais soit un double ironman au profit de vaincre la mucoviscidose, l’association pour laquelle nous courions ! 7,6km de nage, 360km à vélo, 84km de course à pied. Récit de 37h éprouvantes et riches en émotions! Tout se passait à Marans, dans le 17.

eau defimarandais

La sérénité d’avant course.

Je ne saurais expliquer pourquoi mais je n’ai jamais eu vraiment peur de cette course. Au contraire. Peut-être est-ce parce que c’était pour une bonne cause, et aussi parce que j’avais compris que ce n’était que du sport. La vérité aussi c’est que nous avons tellement reçu avant la course, en rencontrant des personnes formidables, que finalement nous avions tout le bonheur à portée de main. Le reste, c’était la cerise sur la gâteau. Ce défi marandais au profit de vaincre la muco c’était surtout une belle fête en prévision, en tout cas c’est comme ça que je l’avais mentalise.

Ça nous tenait à cœur de terminer, pour ces personnes justement. Et tout ce qu’ils nous avaient apporté, leurs sourires, leurs rires, leurs larmes aussi, nous allions nous en servir pour puiser au fond de nous dans les moments difficiles. On leur devait bien ça ! Finir, mais finir dans la joie.

La veille de course du défi marandais.

J’avais rencontré Valentin et Jérôme grâce au Celtman. En revanche, je ne connaissais pas bien Damien. Nous avions décidé de partir à 4 et d’arriver à 4. Gros challenge, en plus de celui de réussir la distance ! Finalement, je me rendais rapidement compte que Damien collait à l’esprit de la course : solidarité, simplicité, joie de vivre autour de l’association vaincre la muco. Nous avons partagé un excellent repas la veille de course au Restaurant « Le Marandais », qui nous accueillait également pour la nuit, afin d’être au plus près de la piscine le lendemain. L’ambiance était à la joie, aux rires, à l’excitation également !

Ma maman m’a fait mes tresses africaines pour que je ne sois pas gênée pendant la course. C’est notre petit rituel d’avant course sur les longues distances. J’aime bien qu’elle soit là pour me le faire.

Jour J du défi marandais.

Mes yeux s’ouvrent, comme d’habitude, j’aurais bien dormi un peu plus. Je suis concentrée, j’ai tellement hâte d’y être, de prendre le départ de cette course, de voir ma famille et mes amis. Nous prenons notre petit déjeuner tous les 4, dans la bonne humeur. Valentin est en forme, il fait des blagues à tout va ! Cela va être une bonne journée je le sens! Nous arrivons à 6h20 pour le café de l’amitié à partager avec les personnes présentes. Wow! Il y a du monde en fait ! Je suis surprise, je ne m’attendais pas à cela pour la partie natation comme elle était assez tôt !

Nathalie Journaux, notre marraine de l’épreuve et championne du monde d’aquathlon est là également. Je suis contente qu’elle soit présente pour nous soutenir et nager avec nous. Elle a également l’esprit solidaire et à compris notre implication pour vaincre la muco.

Valentin est le meilleur nageur, et nous savons qu’il va sortir de l’eau rapidement. Il m’a déjà donné quelques bons conseils la veille et j’ai pris note de faire des poussées au mur « légères » pour ne pas m’user les jambes.

depart nage

Instants complices avant le départ de la natation…

Le départ est donné et les premiers coups de bras sont euphorisants. Nous recevons des encouragements de tous les côtés. Chacun est dans sa ligne d’eau et il fait un soleil resplendissant. Je me concentre pour nager tout doucement, en détente complète pour ne pas m’user les bras. J’essaie de boire régulièrement pour bien m’hydrater dès le début. Je mange toutes les heures. Au bout d’une heure, je trouve enfin mon rythme et j’arrive à poser mes bras dans l’eau. J’arrive presque à sentir la glisse… En tout cas, je suis heureuse d’être là, vraiment heureuse, je souris même dans l’eau. Je suis heureuse qu’on ai décidé de tous courir ensemble, et que Valentin soit là, venu du nord.

marion defimarandais

Au bout de 2h20 de nage, je dois avouer que je ressens une certaine lassitude. Valentin vient de finir ses 7,6km et moi je dois être à peine à 5,5km… Je n’avance pas ! Je me recentre pour terminer cette épreuve… Damien termine en 2h45, et Jérôme en moins de 3h ! Mince, il me reste encore quelques centaines de mètres… La piscine est désormais vide alors que nous étions tout un petit groupe avant. Une dizaine de nageurs étaient venus pour nous accompagner ! La fin se rapproche, les encouragements sont nombreux, ça fait du bien ! Moment incroyable pour moi, 3 supers nénettes décident de nager les 200 derniers mètres avec moi ! Finalement, je n’ai plus mal au bras, et nous nageons à l’unisson… C’est un moment magique pour moi, qui me fait passer ces 4 derniers allers-retours dans la piscine de Marans hyper facilement ! Voilà, 3h10, tout est bouclé! Place au vélo maintenant !

Le défi marandais, place au vélo!

Les gars sont presque prêts, je pars me changer et mettre mon super cuissard Assos ! Je sais que je vais pouvoir affronter les 360km qui m’attendent dans de bonnes conditions. J’arbore fièrement le teeshirt de l’évènement, avec le logo de l’association « un défi pour la vie », un arbre de vie en avec des poumons. Symboles qui rappellent que nous courons pour vaincre la muco qui touche entre autre les voies respiratoires.

Dernière petite photo et nous faisons de grands signes pour filer vers la place du port de Marans ! C’est là-bas que tout va se jouer… Nous avons 22 boucles de vélo à faire! Les premiers coups de pédales sont géniaux… Les jambes répondent bien, je sais qu’il va falloir gérer mais je me sens bien et c’est une super nouvelle!

Le vent va se lever rapidement et nous allons devoir lutter contre ce dernier sur la première portion de course. Comme c’est un aller-retour, nous profiterons du vent de dos pour envoyer du gaz sur le retour! Les gars roulent vite, nous avions convenu d’un 24/25 de moyenne à l’aller qui ne sera (presque) jamais respecté! Mais nous sommes bien, et si heureux d’être là. J’en profite pour mieux connaître Damien Bénéteau, et le trouver attachant et singulier avec sa personnalité bien marquée. Jérôme se met dans sa bulle car il aime écouter ses sensations. Au contraire, Valentin extériorise ses sentiments et ses émotions. Nous sommes tous les 4 différents, mais nous nous complétons si bien. Valentin ne cesse de m’envoyer des pics, des vannes, des blagues… Et je ris! Ça faisait longtemps tiens que nous ne nous étions pas retrouvés! La vie nous propose des expériences riches en émotions, avec des personnes qui comptent. Je suis contente que Valentin ai accepté notre invitation.

L’après-midi, nous verrons le club de Triathlon de La Rochelle rejoindre notre joyeuse bande! Bon, la moyenne km/h grimpera fortement, mais c’est aussi un regain d’énergie et d’amitié, alors nous prenons les quelques boucles qu’ils font à nos côtés avec un immense plaisir. Beaucoup de personnes nous accompagneront sur la partie cycliste, pour mon plus grand plaisir! Vraiment, je suis touchée qu’autant de personnes aient fait le déplacement ! Bien sur, je ne retiendrais que peu de prénoms mais s’ils lisent ce compte rendu, cela s’adresse à tous les cyclistes, qu’ils aient fait un tour ou plusieurs! Un IMMENSE Merci à eux!

Plus tard dans la soirée la foule se fait moins nombreuse, et nous nous retrouverons à un petit groupe de 7 personnes. Le vent ne veut toujours pas se lever, et nous luttons à l’aller pour maintenir la moyenne. Pour autant, nous sommes toujours en pleine forme! Il va falloir gérer, la nuit sera longue. Vers 22h, le vent arrête enfin de souffler et c’est le Team Saint Sauveur qui fait la voiture balai. Pour la sécurité des cyclistes, nous avons prévu une moto ouvreuse, une voiture à l’avant et pour la nuit une voiture à l’arrière. Attention, ils avaient décidé de mettre l’ambiance à fond !!!! Sono intégrée, musique à fond, nous avons eu 5h de musiques non-stop avec tous les classique en passant de « macumba » à « destinée » à « j’ai la quequette qui colle »… Toutes les musiques les plus loufoques, amusantes, électrisantes sont passées! Je peux vous assurer que ça a été un GRAND moment de bonheur! Sur le vélo, on ne peut pas toujours l’exprimer car on pédale, on se concentre. Mais on savoure aussi ces petits moments de bonheurs… Nous sommes euphorisés, ré-énergisés…

Pourtant dans la nuit, Jérôme m’inquiète car lui vient une migraine, puis une extinction de voix…

jerome

Il se met dans sa bulle en attendant que ça passe. Nous faisons de bonnes pauses, tous les deux tours environ (1tour=16,5km). La petite soupe de la nuit fait du bien! Les bananes aussi !

marion velo ravito

Damien est concentré, force tranquille… Tandis que Valentin est toujours à taquiner les uns et les autres. Une vraie pile électrique… Nous le charrions du début à la fin sur son physique de rugbymen… Il rigole, rétorque, s’amuse. L’ambiance est toujours bonne.

Je vois passer les amis, Elo, amandine, ma cousine Alex, modération, Éric… Comme ça fait du bien de les voir. Puis j’aperçois mon père… Je suis si heureuse qu’il ai fait le déplacement ! Il m’encourage, me demande si ça va. A chaque tour, ma tante Nadine, mon oncle, ma mère sont là pour mes petits soins. Françoise aussi est un rayon de soleil et la sœur de Valentin, Anaïs est toujours partante pour nous encourager. Lydie assure grave, et Guillaume discret et efficace, me glisse les encouragements qu’il faut (avant de filer dormir!). Le savent-ils que ça nous aide ? A quel point cela nous touche aussi. Cela a l’air de pas grand chose, mais c’est beaucoup à la fois.

Fabie et Patrick sont là aussi pour ce defi marandais. Sophie et Jojo sont venus faire un petit coucou dans l’après-midi. Ils sont directement impliqués puisque Jojo est atteint de mucoviscidose. On prend de l’énergie de tous les côtés! Notre parrain Jacques Bossis est venus nous encourager aussi, merci à lui ! Et Nathalie toujours là, fera également 2 boucles de vélo à nos côtés, le temps pour moi d’apprendre à la connaitre un peu mieux 🙂

Le vélo se terminera en 15h30 environ. Nous posons le vélo frais et heureux. Je remercie Laurent de m’avoir guidé sur tous ces km. Il aura presque parcouru la totalité de la distance, mais ce n’est rien pour un randonneur 5000 !

Nous décidons de faire une sieste de 30mn. Je m’échoue littéralement dans la tente prévue à cet effet, Jérôme fait de même à côté de moi. Après 30mn, on vient nous réveiller. Lydie et Anais sont là pour nous accueillir et nous donner à manger de bonnes soupes de pâtes. Je suis frigorifiée, j’ai les dents qui claquent c’est atroce.

nuit marion

Finalement avec du recul, c’était une bonne stratégie de dormir si peu. J’avais le souvenir du paris brest paris ou j’avais dormi plus longtemps et finalement mes muscles s’étaient complètement refroidis, mon corps était en somnolence… Il vaut mieux dormir plus souvent moins longtemps.

A l’instant où je vous écris ces lignes j’ai l’impression d’oublier tellement de choses, d’anecdotes, d’histoires, de visages croisés… Ne reste que cette image de fin, de bonheur intense de l’arrivée. J’en oublie presque toutes ces boucles effectuées, ces heures passées à cogiter, à avancer. A aucun moment je n’ai voulu abandonner, car mon corps était vraiment bien. Mais était-ce difficile? Mon dieu oui, surtout sur la course à pied…

fin velo defimarnadais

Defi marandais pour vaincre la muco, en avant la course à pied !

Nous partons vers 4h du matin pour notre première boucle de course à pied. Je pars avec Jérôme et Damien. Valentin décide de suivre sa stratégie 500m course 500m marche. Il part devant à son allure. Chacun court à son rythme et c’est important!

nuit course defimarandais

nathalie defimarandais

Les VTT du team saint sauveur sont au top… Ils emmènent nos bidons et nous aident à bien boire régulièrement ! Damien prendra le large après quelques boucles, il m’impressionne par sa gestion de course, sa concentration et sa détermination !

damien

Damien en course à pied!

Jérôme décidera de rester avec moi jusqu’au bout. Après quelques boucles de course, il faudra rapidement alterner course et marche pour tenir jusqu’au bout. Dans la matinée, le soleil se lève et tape fort. Je m’alimente bien et bois correctement. En revanche, je ne me mouille pas assez, ce qui me vaudra de frôler le coup de chaud! Heureusement, on veille sur moi et on me mouille régulièrement.

Mes jambes se raidissent… Normal, après tant d’heures d’effort! Mon dieu, déjà 6h de course à pied et il en faudra probablement encore 7/8 de plus pour en terminer… Je recharge les batteries grâce à Bruno, le kiné des triathlètes de La Rochelle. Il connait bien le sujet, puisqu’il fait lui-même des ironmans. Il me retape en moins de deux…

kiné cool

Mais la fatigue se fait sentir malgré tout. Je m’endors en marchant, et je commence à avoir du mal à marcher aussi (les fessiers qui commencent à se raidir!).

Je crois que le moment le plus émouvant pour moi fut celui du 7ème tour. De loin le plus difficile. A ce stade, il reste encore 4 tours, soit environ 30km. Je suis fatiguée, je m’endors en marchant, je commence à avoir du mal à marcher et il faut avancer encore et encore. Je cache quelques larmes que personne ne verra. Beaucoup de choses se mêlent à cet instant précis. Je me ferme complètement aussi pour gérer la difficulté de la course… Mes amis et mes proches peuvent lire dans mes yeux à quel point c’est difficile.

papa defimarandais

En fait, je n’ai pas de vraie douleur, pas de bobo, pas de blessure… Mais simplement une fatigue physique qui influence mon moral. Je laisse venir et vivre ces émotions, après tout je ne vais pas refouler ces choses-là.

jenchie defimarandais

dur dur…

Je sais intérieurement que je ne vais pas abandonner, simplement j’ai besoin de laisser passer ces choses-là. Je me rallonge sur la table de massage. C’est d’abord Françoise Chollet qui viendra me faire coucou pour me dire qu’elle vient courir avec moi, les larmes me viennent plus fortement. Puis ma mère viendra me couvrir d’une serviette trempée pour me refroidir. Ma tante, mon père seront présents à côté.

tata photo

Dany viendra me glisser quelques mots « tu sais, ce n’est pas grave ». Ils s’inquiètent. Je leur glisse à l’oreille que tout va bien, que c’est un coup de mou tout simplement. Puis c’est Lydie qui viendra accompagnée de Jocelyn. Il me glisse à l’oreille qu’il m’aime et qu’il m’attend tout à l’heure pour l’arrivée. Je l’embrasse fort et je me mets à pleurer. Mon coeur bat si fort. Sait-il ce petit garçon, tout ce qu’il m’a déjà apporté? C’est grâce à lui que j’ai eu mon déclic, c’est grâce à lui que j’ai trouvé ma voie…Celle de devenir APA, pour soigner des petits garçons comme lui, atteints de mucoviscidose. Il ne sait pas à cet instant tout l’amour qu’il vient de me donner, et toute l’énergie dont j’avais besoin pour repartir plus forte que jamais! Ce petit garçon que j’aime déjà tant a changé ma vie, et mon regard sur la vie.

Je repars, Jérôme est toujours là. Celui-là, quel grand bonhomme, quelle gentillesse et générosité. Vraiment je remercie la Vie de m’avoir fait croiser son chemin. Il devait faire le Celtman en 2013 et un fâcheux accident lui a fait décaler son épreuve d’une année. Une année suffisante pour que nous nous rencontrions et que nous organisions le defi marandais au profit de vaincre la muco!

Nous avons compté les tours, puis Bruno s’est joint à nous pour passer le temps. Courir en pays marandais aussi, Hélène est venue quand j’en avais besoin, Nathalie est encore revenue nous accompagner.. Et puis Françoise était là pour le moment le plus dur aussi. Il me fallait au moins tout ça pour retrouver le sourire!

Damien, lui continuait sa course folle! En rêvant ardemment à une bière qu’il allait boire en attendant le dernier tour tous ensemble! Valentin tapait dans nos mains chaque fois que nous le croisions… Tout se passait bien finalement! Nous allions donc tous terminer cette épreuve de folie ?

3 tours encore… 2…. Mon dieu, nous étions donc tous ensemble devant nos amis et notre famille… Une petite troupe de joyeux lurons nous accompagnait pour le dernier tour! L’ambiance était joyeuse, chaque kilomètre qui avançait nous rapprochait de la ligne d’arrivée. Qu’est-ce qui nous empêcherait d’arriver désormais? Rien, vraiment rien! Valentin souffrait d’ampoules sous les pieds, et moi d’un petit coup de chaleur.

défi marandais valentin

Un petit bain d’eau fraiche pour les pieds…

Jérôme et Damien étaient fatigués aussi. Nous avions hâte d’arriver… 7km… 6km… 5km… Mon dieu, 1km seulement… Les enfants nous rejoignaient pour nous prendre la main et faire les derniers mètres avec nous… Le silence se fit… Sans rien décider… Cette sensation étrange qu’il se passe quelque chose d’extraordinaire…

arrivée defimarandais

L’arche, nous voyons l’arche… Ce n’est pas vrai, on va le faire, on l’a fait! C’est juste INCROYABLE! Je n’en reviens pas! Ma maman m’accompagne et Laurent immortalisera cet instant précieux à mes yeux. Merci d’avoir été là, toujours. Nous courons sur les 30 derniers mètres qu’il nous reste main dans la main tous les 4 avec les enfants!

arrivee defi marandais2

L’arrivée avec les enfants

arrivée finale

Les bras en l’air !

La bouteille de champagne est ouverte, une explosion de JOIE se fait!

defimarandais champagne

De pleurs aussi! Des embrassades dans tous les sens! Oui c’est pour cela que l’on a fait tout cela! Pour transmettre, partager, créer du lien !

danyyyy

On a mis 37h, on aurait pu faire notre course chacun de notre côté mais ce n’est pas cela qu’on voulait, on voulait partager ce moment d’amitié intense.

jojo marion

A l’arrivée, Jocelyn vient me faire un énorme bisou !

Je n’ai pas assez de mots pour décrire tout ce qui se passe dans nos têtes et dans notre cœur à ce moment là. Je sais que c’est intense, je sais que c’est sincère, je sais que voir nos proches même quelques secondes nous donne une énergie folle, du baume au cœur, beaucoup d’amour aussi.

val moi defimarandais

Valentin et moi qui sont serrons dans les bras, derrière Jérôme et Damien… Avant d’inverser les embrassades !

Nous avions déjà tellement reçu avec Jérôme avant cette course, et là je n’arrive pas à comprendre pourquoi je mérite tout cela. Je prends, je prends, je prends, tout simplement ! J’ai des souvenirs plein la tête je n’arrive pas à oublier ce week-end si magique ! Aujourd’hui, les jambes vont bien étonnement d’ailleurs! Nous avons pris un repas ensemble avant de se dire au revoir. Damien, lui, travaillait à 7h45… J’attends encore de savoir si ça a été!

defimarandais lendemain

En fait, ce que nous vivons n’est pas une question de distance. Cela peut être un double ironman, un ironman, un marathon peu importe d’ailleurs. Ce qui compte, c’est de suivre SES envies, SES rêves, et de le faire avec bienveillance pour soi (surtout) et pour les autres (aussi). Avec Jérôme on avait le même rêve, la même envie et ce projet nous appartient. Ce qui compte, c’est de trouver son projet, son défi, avec l’intention sincère que l’on met à faire les choses. Je n’arriverai jamais à vous décrire tout ce qui se passe actuellement dans mon cœur, mais c’est une sensation incroyable. Je suis pleine et je rayonne, à l’intérieur comme à l’extérieur je crois. Je vous souhaite de vivre ce grand bonheur!

Ce qui compte, ce n’est pas la distance, ce sont les émotions, le lien, l’amour, les souvenirs, l’expérience. C’est tout ça qui nous construit et nous fait rayonner. ❤

Pour revivre nos beaux moments, rdv sur la page facebook Défi marandais ultra triathlon des fous !

Il est toujours possible de faire un don pour Vaincre la mucoviscidose! Cela nous toucherait beaucoup…. Alors s’il vous plaît un petit geste pour eux ❤ le lien ICI

vaincre-la-muco

A l’année prochaine pour un nouveau défi marandais ! 😉

 

Publicités

3 réflexions sur “Je suis finisheuse du double ironman de Marans!

  1. boutentrail dit :

    Waouh… Je cours pour le plaisir d’être en montagne, en pleine nature, jamais fait de triathlon car je nage comme un caillou et je ne prends pas (encore) de plaisir à vélo. Quel mental devant ce qui serait pour moi le summum de l’ennui (piscine, boucles en vélo et en CàP) ! Énorme bravo !

    J'aime

    • delasmarion dit :

      Coucou! En fait, les boucles nous ont aidé à cheminé psychlogiquement 11 tours, 10, 9… c’est toujours un décompte qui va dans le bon sens! Et cela nous a permis de reprendre de l’énergie auprès de nos proches… En fait, après réflexion, nous pensons raccourcir les boucles justement… Je n’en reviens toujours pas de ce que nous avons fait, mais c’était super ! 🙂 🙂 🙂 Merci pour ton commentaire en tout cas, cela fait plaisir 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s