Il faut faire du sport quand on a un cancer !

J’ai repris une licence en Activité Physique Adaptée et depuis peu, je suis la formation « Sport et Cancer ». Il est essentiel de pratiquer du sport, avant, pendant et après un traitement pour le cancer. Je vous donne quelques clefs de cette formation.

Bien sur, le patient est fatigué, perd du poids, ressent tous les effets indésirables du traitement. Pourtant, lorsque c’est possible, il faut absolument reprendre /maintenir une activité physique. Pourquoi ?

sport_et_cancer

  • La perte de poids n’est pas normale mais fréquente : il est donc essentiel de maintenir un niveau musculaire suffisant pour garder de l’autonomie et éviter la dénutrition. Plus de muscle = difficulté de marcher, tous les gestes de la vie quotidienne deviennent difficiles. C’est le cercle vicieux : fatigue, dénutrition, fatigue. Afin d’éviter cela : il faut continuer à manger, et surtout travailler sa masse musculaire, continuer à bouger. On va lutter contre le déconditionnement à l’effort.
  • L’activité physique diminue la fatigue, contrairement aux idées reçues (Bouillet T.)
  • L’activité physique modifie le taux d’œstrogène dans le sang et participe à la fixation des œstrogènes libres. Elle diminue la masse graisseuse viscérale qui est délétère dans le cancer.
  • Action sur l’insuline et l’IGF1 (insulino résistance). S’il y a moins d’insuline, d’IGF1, il y a plus d’apoptose donc moins de risque de développer des cellules cancéreuses. L’AP augmente l’absorption du glucose de 30/40% par les muscles de 48/72h suivant l’intensité de l’effort. L’activité physique doit être intense pour être plus efficace et répondre aux recommandations de l’OMS. La gym douce n’aura pas les mêmes effets bénéfiques.
  • La protéine P53 favorise l’apoptose. L’AP augmente le taux d’apoptose qui participe au rôle anti-tumoral.
  • Impact sur l’immunité et l’inflammation : l’AP joue un rôle sur la réponse anti-inflammatoire au cours des traitements d’un cancer.
  • Améliore le système gastrique/transit intestinal (rejeter, vider, renouveler)
  • Cela provoque un bien être psychologique : améliore l’anxiété, l’image du corps…
  • Amélioration de la qualité du sommeil
  • Amélioration des capacités fonctionnelles et cognitive
  • et bien d’autres bénéfices (psychologique, physique, social)

Attention, il est bien évident que le patient s’approprie sont corps : s’il est trop fatigué, il faut qu’il se repose. Lorsque l’on sent une amélioration, une phase moins difficile, il faut travailler. Il y a des variations, il ne faut surtout pas attendre « après le traitement » pour commencer l’activité physique.

Bouger quand cela va bien, se reposer quand cela ne va pas.

Aller marcher est un super médicament. Laisser parler ses émotions est important également.

Toutes les recommandations vont vers une communication avec vos médecins et vos accompagnants. Demandez des conseils (recommandations spécifiques), de l’aide, en fonction de votre personnalité, histoire. C’est un accompagnement très personnel.

Plus d’infos : http://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Facteurs-de-risque-et-de-protection/Activite-physique/Activite-physique-et-traitement-des-cancers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s