L’enduroman : le Sport serait il devenu un luxe ?

Depuis quelques jours sur les réseaux sociaux on ne parle que de ça : Marine Leleu vient de finir l’enduroman. Je connaissais l’épreuve de loin, j’ai voulu m’y intéresser de près.

L’enduroman, pour la modique somme de 10/15 000euros

Enduroman = 144km de course, traversée de la manche à la nage (33km), 290km de vélo.

J’avais déjà fait râler pas mal de monde sur les réseaux sociaux en m’offusquant du prix de cette course. Il existerait donc une société à deux vitesses… Le Sport serait donc devenu un luxe ? Pour ce prix là, qu’est-ce que l’organisation prévoyait ? En fait pas grand chose. Une traversée de la manche (on est d’accord faut un bateau et des officiels pour la sécurité. En se renseignant bien, ça coûte pas 10 000e), un officiel dont vous devez vous occuper (le mec est cool quand même, mais il vous suit du début à la fin, faut le faire dormir et manger hein). Et puis le reste faut vous démerder. En gros, l’organisation demande 7800euros de frais mais à cela, vous devez rajouter la location de voiture, ravito, entraînement, un stage obligatoire de natation en eau libre nocturne (3/4000e), le dodo et le miam de l’officiel et de votre équipe, le passage eurotunnel de votre véhicule (vous traversez la manche mais la voiture elle ne nage pas !), sans compter déplacement vélo, entraînement… matos spécifique (nager en mer de nuit)… étc.

Ou sont passées les courses à la saucisse ?

C’est vrai, en course à pied, le temps des petites courses à la saucisse à 3/4 euros l’inscription où tu repars avec un panier garni de produits locaux, c’est fini aussi. Difficile de trouver à moins de 7/8e. Heureusement, les locaux jouent le jeu de la convivialité, mais quand on regarde les grosses organisations (d’ailleurs ce sont des entreprises) : qui s’offusque d’un marathon de Paris à 100e? C’est une somme conséquente quand même !

La liberté de faire ce que l’on veut

Un peu comme les joueurs de foot qui ont le droit de gagner des millions Et de les dépenser comme ils veulent, c’est la liberté de chacun d’exprimer son désir de consommer. Cet article n’est pas là pour juger : on sera toujours le riche ou le pauvre de quelqu’un. Mais Ça fait appelle à notre réflexion, à cette contradiction intérieure qu’on a tous de consommer ces courses comme on consomme des chips. Où est le sens dans tout cela ? Si vous avez une réponse à cette question, vivez votre rêve à fond. Mais sinon, est-ce qu’on ne serait pas devenus consommateurs à ces courses de plus en plus folles et de plus en plus chères. C’est la course à l’échalote de celui qui en aura fait LE plus, LE plus long, LE plus cher, LE plus dur. Quand est ce qu’on parle de bonheur dans tout ça? De plaisir dans l’effort, d’un équilibre?

Ironman, une entreprise qui marche

Ironman est un label, une marque, un TRUC qui fait rêver. Moi même quand j’ai débuté en Triathlon on m’avait dit faut se TU fasses un ironman. Le reste, c’est du faux. 550euros la blague. À ce prix la tu m’étonnes que tu rampes et que tu vomisses pour aller au bout. C’est pas pour aller au bout de ton rêve, c’est surtout pour rentabiliser ton investissement. Surtout à nice, une fois que tu as payé ton logement, ta bouffe etc, TU te sens plus léger c’est clair (surtout financièrement). J’ai donc décidé que ce serait le premier Et LE dernier. Heureusement, d’autres courses voient le jour à des prix plus abordables : frenchman, toursman, bearman…. bien ou mal? Ni bien ni mal, toutes les expériences se valent Et se complètent (sauf l’enduroman, faut pas déconner quand même!). Bien sûr, t’aura toujours un gars (ou une fille) qui se sent visé par tes propos qui dira « ben t’as qu’à pas participer si tu trouves que c’est trop cher ». Eh oh l’asticot cache derrière son ordi, ça s’appelle une réflexion sur la Vie, les gens, l’accessibilité de certains sports ou épreuves à la communauté. On juge pas, on discute. Ouais, j’espère que certains sont calmés en lisant parce que faut pas se sentir visé à tous les coins de rue, range ton ego de côté et viens faire avancer la réflexion (non je suis pas énervée, on dira « passionnée » ou « idéaliste » attention, j’suis pas une bitnik hippie 68ard non plus hein!).

Le Sport comme mode de vie

Vous l’avez bien senti la contradiction est très forte en moi : j’aime les courses longue distance Mais je ne défends pas l’idée selon laquelle il faille faire toujours plus. J’aime les grands défis sportifs mais je ne conçois pas qu’on puisse mettre des sommes énormes surtout si il n’y a pas de message à transmettre ou du sens à donner. Je passe mes vacances à faire du Sport (Et donc mon budget aussi) Mais j’aspire à dépenser le moins possible car la Nature nous donne cette chance d’être gratuite, bienveillante, généreuse.

Je crois que la seule réponse que j’ai à cette société de consommation, Et quand j’observe les athlètes qui courent ces épreuves (moi compris) je crois que l’être humain est en quête de sens. Pour cela, ne doit il pas se détacher de la reconnaissance, du matériel, se dépouiller de ce qu’il est pour être enfin en paix avec lui même, heureux et en harmonie avec les autres ? Revenir à l’essentiel, pour être heureux. La société nous façonne mais nous façonnons aussi la société. À chacun de lui donner la tonalité qu’il souhaite, à travers son propre bonheur et ses propres actions.

Allez, à vos avis et réflexions (constructifs svp!). Je suis preneuse de vos commentaires sur la question !

Un endurofrance pour 0 euros en 2019??

Pour 2019, je vous propose qu’on fasse un endurofrance (distances enduroman). On fera les distances comme ça sur les bords de route, ça nous coûtera pas un rond par contre ce sera le plaisir d’être ensemble dans la même galère on risque de bien se marrer ! Ça vous dit ?

Publicités

12 réflexions sur “L’enduroman : le Sport serait il devenu un luxe ?

  1. Caprin dit :

    Bonjour Marion .
    Je suis tout a fait d accords avec toi a propo de ton commentaire et pour le l Endurofrance je suis partant j adore les defits hors norme et comme tu le dis E werzit sympas pour l ambiance . Alors dans l attente d information sur le défit.
    Étienne

    J'aime

  2. Cédric Brunner dit :

    Bonjour Marion,
    Merci pour ce texte qui replace le sport dans une perspective plus juste, le sport plaisir. Etant moi-même organisateur d’un triathlon, je nuance vos propos un petit peu par contre..
    Les assurances, obligatoires en tant qu’organisateur, le chronométrage, les frais d’infrastructures (douches par exemple) et les frais d’autorisation (si si, même pour courir en bord de route il en faut une) gonflent rapidement les frais.
    Mais rien à voir avec les chiffres Ironman effectivement.
    Pour exemple, vu que je le connais bien, chez nous au triathlon de Val-de-Ruz, le prix d’inscription est de 30 CHF pour les adultes et 10 CHF pour les enfants. Chez les adultes, cela couvre les frais de chronométrage et le lot souvenir. Et c’est tout…
    Pour le reste, ce sont les sponsors qui permettent à notre manifestation de vivre. Un grand merci à eux!
    Et toute l’organisation est bénévole, ce qui nous permet d’avoir un budget faible par rapport au nombre de participants.
    Mais au final, chacun trouve son compte dans sa pratique et son choix de courses. Le fait de se « sacrifier » financièrement fait aussi un peu partie de la pratique de ces sports extrêmes, non?

    J'aime

    • delasmarion dit :

      Bonjour Cedric je suis tout à fait d’accord avec toi. J’organise également un Triathlon « LE defi Marandais » je sais LE prix que ça coûte, j’étais dailleurs surprise la première année de Voir comme ça coûte cher, en milliers d’euros. Dans le cas de lenduroman pas d’infrastructures à part la question de la traversée de la manche. Disons qu’entre 1000 et 15000e il y a peut être un équilibre non ?
      Personnellement mon budget loisir passe dans les livres les voyages et LE Sport. Enfin pas à ce prix la…
      en Triathlon à souligner la part importante de la fédération qui vient gonfler le prix des inscriptions pour les organisateurs. Par rapport à la course à pied je veux dire. MERCI infiniment pour ton commentaire constructif qui vient aussi mettre en lumière côté « orga » 🙂

      J'aime

  3. Mathieu dit :

    Bonjour Marion!! 
    Merci pour avoir replacer le sport dans son cadre.. même si m’en triathlon n’est pas le sport le moins chère ! Mais faut pas exagérer non plus!

    J'aime

  4. CANCEL dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci de cette critique constructive de la société actuelle du sport comme usine à Fric et le sportif comme vache à lait !

    Je suis complètement d’accord avec toi mais par contre pour moi 2019 ça va être juste un shouilla proche pour un EnduroTri ^^’

    Une autre course dont le prix m’à sidéré : Le Marathon Des Sables (MDS) une course estimée à plus de 3000€ inscription/logement compris. Une course en totale autonomie (donc très peu de suivi si ce n’est le signal de détresse GPS) à quel moment une course coût ce prix là quand tu dois être seul, te nourrir du début jusqu’à la fin seul, dormir dans ton sac de couchage etc… C’est une honte que les organisation profites à ce point de la volonté des gens à se lancer un défi !

    J'aime

  5. SebBob dit :

    J’en suis à peux près à la même réflexion. La nature est gratuite et en petit comité c’est beaucoup plus intense qu’en peloton des 2000 personnes

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s