Quand t’as une journée de merde…

Tu la connais toi aussi la journée de merde ? Cette fameuse journée où rien ne se passe comme prévu. Ou alors rien ne se passe, mais tu sens que ce n’est « pas ton jour ».

J’ai beau vous parler de bonheur tout le temps, il n’empêche que ce n’est pas possible d’être de bonne humeur, en joie, heureux, tout le temps. Non, ce n’est pas possible.

Que pouvais je répondre à mon instinct ?

Ca fait plusieurs jours que cet état dure, avec des hauts et des bas. Ca fait plusieurs jours que mon humeur est grise. Oui, je dois avouer que la charge de travail y est pour quelque chose. La pression qu’on se met soi-même aussi. Je vous l’avais dit, j’ai repris mes études à l’Université de Poitiers l’an dernier, en Activité Physique Adaptée et Santé. Cette année, je valide le master. Je valide aussi un master en Sociologie. Autant vous dire que les profs de Socio ne sont pas ravis de savoir que je fais « double formation » et vis versa. Petites reflexions en passant « Je ne suis pas pour. Ca va être trop compliqué pour vous ». Oui, je sais bien. Que pouvais-je répondre à mon instinct? Le sujet d’étude que j’ai choisi : les enfants atteints de cancer. Tout le monde me dit que c’est terrible. Oui, mais que pouvais-je répondre à mon instinct? Si moi je ne le fais pas, qui le fera?

Soirée solo dans le van…

Parler, parler, ne pas s’enfermer

Alors malgré tout, cela influence ma bonne humeur et mon énergie normalement infatiguable. En fait bien sur que si je suis fatiguable. Je suis émotive et sensible. Comme tout le monde, je suis parfois en colère. Je suis en colère parce que je galère (je l’ai choisi hein bien sur), je suis fatiguée, et j’aimerai quelques mains tendues. Heureusement, je les trouve. Et puis en ce moment, c’est moi qui tend la main. J’ai appris il y a peu de temps que non, tout ne se passerait pas bien tout seul. Tendre la main, c’est accorder sa confiance à quelqu’un. Cette personne, elle est parfois contente de faire ça pour vous, ça crée des liens. Parfois, les gens ont leurs propres problèmes, ils n’ont pas le temps ou l’énergie pour vous aider. Faut pas se blâmer les uns les autres quand ils ne sont pas disponibles, ils ont leurs boulets à trainer au pied aussi. On connaît jamais vraiment la vie des autres. Faut juste prendre comme ça vient : une nouvelle trajectoire, des éloignements, des rapprochements. Des nouvelles trajectoires de vie. Le bon moment ou le mauvais.

Bref, je crois bien que vivre des « passages à vide » c’est un peu normal aussi. Faut pas que ce soit systématique, permanent. Mais ça doit bien nous aider à nous recentrer aussi : suis-je au bon endroit? Pourquoi est-ce que je me sens mal? Pas de raison particulière, l’état peut vite passer. Un mal-être plus profond? Il est temps de se poser les bonnes questions! Bref, me voici dans ce mini tourbillon, je vais attendre que ça passe et je dois vous avouer que la marche m’aide énormément (et une bonne dose de sommeil aussi!).

Sur ce, le soleil revient, la pluie a cessé. C’est plutôt bon signe, non?

Je vous souhaite une belle journée!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s