Lettre à mon petit Marcel, nous sommes diplômés!

Je me lève pour une énième pause pipi ce soir. Mais aujourd’hui est une journée un peu spéciale. Je viens de passer mon oral de stage. LA soutenance pour valider le Master 2 IRHPM de l’Université de Poitiers. La fin de l’année scolaire, la fin du diplôme, la fin de cette reconversion. Devrais-je plutôt écrire qu’on vient de passer à deux cette soutenance? Oui, vraiment.

C’est à l’hôpital, en visio-conférence, que nous avons passé cette épreuve ensemble. C’était vraiment une journée drôle et amusante. Les sages-femmes et infirmières se sont prêtées au jeu, m’encourageant maintes et maintes fois. Elles avaient préparé un petit panneau pour que je sois bien tranquille pendant cet après-midi « Examen en cours ».

Les proches et la famille étaient là pour m’encourager. J’avais confiance en nous pour faire au mieux. J’ai fait ce que j’ai pu, c’est déjà bien suffisant.

Ah, tu m’en aura fait voir ces derniers mois… Nausées, crises de larme, tristesse, remontées acides, fatigue, neurones en vacances… Je passe les détails sur tous ces petits désagréments car mon cœur est rempli de bonheur à l’idée de t’accueillir dans ma vie. Ton père et moi on t’aime déjà si fort. Peut-être un peu trop? Nous sommes si pressés de te voir arriver que tu as visiblement décidé de précipiter les choses. Il est certain que je n’ai pas aimé les symptômes et désagréments de la grossesse, c’est bien normal. Mais toi, je t’aime plus que tout déjà. Ça semble bien dans cet ordre là. Alors… mon petit ange, il est un peu tôt et il serait bon que tu restes encore un peu au chaud. Cette soutenance passée, nous allons rester allongés ensemble encore quelques jours ou quelques semaines si tu le veux bien, pour éviter que cette fissure de poche des eaux ne soit un déclenchement trop prématuré. 35 semaines, tu es petit encore, maman est là pour te protéger. Tu seras bientôt tout bien formé mais quand même, reste encore un peu au chaud.

Je crois que ça y est, je n’ai plus peur. Devenir parent est quelque chose d’exaltant, puis d’effrayant ! Puis d’exaltant à nouveau. J’aimerais pouvoir déjà te voir, te dire tout cela. Le temps passera probablement trop vite, tout le monde le dit et c’est certainement vrai. La vie va changer, elle sera je crois un peu plus ensoleillée.

Je me sens si chanceuse d’avoir eu droit à cette vie, en m’ouvrant du mieux que je le pouvais à tous fabuleux hasards. Que vais-je devenir ou que vais-je faire de ma vie ? Je ne le sais pas. Ce diplôme n’est certainement pas un hasard, on ne s’enquiert pas d’une tâche si ardue pour rien. Les intuitions mènent toujours quelque part.

Et toi Marcel, qui est tu? Comment seras-tu? J’ai hâte de découvrir ton petit visage, tes petites mains, tes petits pieds. J’ai hâte de te connaitre, de te découvrir. Tu peux venir, ton papa et moi nous sommes prêts.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s