2021, quelle année espérer?

Ahhhh, le temps de se souhaiter la bonne année est déjà passé, pourtant je me questionne encore, à force de lire ici ou là les avis des uns et des autres : quelle année espérer pour 2021? Faut-il regretter 2020, la détester, la haïr, l’oublier – comme j’ai pu le lire souvent? Moi-même j’ai souhaité une année « meilleure » que 2020 à mes proches, plus douce, plus sportive, « plus » quoi. Pourtant j’ai réalisé qu’il n’y avait peut-être pas mieux à espérer, parce qu’il y a mille choses qu’on ne peut contrôler- dont le fait qu’une pandémie mondiale se produise.

Sortir de cette crise en 2021 ?

Je suis assez morose par rapport à cette crise, je ne crois pas qu’on en sorte « vraiment »- j’entends par là, que le gouvernement nous foute la paix avec cette histoire. Il n’y a qu’à observer le premier trimestre qui se dessine : sur fond de couvre-feu, certains commerces essentiels toujours fermés, la vie sociale complètement déstructurée. Reprendre la vie « comme avant »? J’aimerais bien, mais cette année 2021 sera bien mouvementée. Il y a ceux qui ont beaucoup de colère, et ceux qui sont très touchés. Bien sur, chacun, en fonction de sa position et de sa situation, se fera son avis, vivra ces évènements différemment. Je ne pense pas pouvoir contrôler ce qui arrive- ce qui arrivera… la seule chose sur laquelle j’ai « prise », c’est ma vie à moi, mon quotidien, mes ressources, mes possibilités. Alors, j’essaie de me concentrer ce sur quoi j’ai le pouvoir d’agir – et non sur ce que je ne peux contrôler de toute façon. Certains diront « on peut se révolter », chacun est libre d’engager les actions qui lui semblent justes (et encore heureux!). Alors bien sûr, on se souhaite de retrouver nos libertés et de sortir de ce joyeux bordel !

Des courses en 2021?

Je dois avouer faire partie de ces sportifs qui aiment la compétition, ou du moins, épingler le dossard pour se sentir partie prenante à quelque chose de plus grand (la communauté, toujours la communauté!). Alors oui, ça me manque.

L’arrivée de ma petite poupée et sa gestation tombent à pic, puisque de toute façon, je n’aurais pas pu être de la partie. Mais février arrive vite (très vite), alors bien sur comme tout le monde, j’espère pouvoir épingler un dossard en 2021. Et si ce n’était pas possible? Résilience, résilience, et si vous organisiez une journée « off » avec vos amis? Avec des allures de course : dossard, ravito, récompense à l’arrivée. C’est comme ça que j’envisage la chose s’il n’est pas possible d’épingler un nouveau dossard cette année. À vélo, avec les copains, en Bretagne (merci Philippe!). Et vous?

Un bébé pour 2021

Je pense à ces mères qui ont vu naitre leur petit bout en 2020. Bien sur que non cette année n’est ni à oublier, ni à jeter. Et puis, ne faut-il pas tirer des conclusions de toutes les situations, bonnes ou mauvaises? D’ailleurs, j’ai remarqué qu’on tirait plus d’enseignements des « mauvaises » situations que des bonnes. 2021 ne sera pas pourri pour moi (pas plus que 2020), ma poupette pointera le bout de son nez (la délivrance avec aussi !). Je sais, vous êtes presque jaloux de ne pas être enceinte ?! ahah, presque c’est le bon mot. Bien que je déteste cet état léthargique, en mode mini-baleine, il m’apporte autant qu’il me fait souffrir. J’apprends la patience, la résilience, à laisser aller… J’ai bien dit j’apprends hein, je suis loin d’avoir tout compris et tout accepté.

Sans déconner, j’ai beau retourner le truc dans tous les sens, certains hésitent à faire des enfants pour le monde qu’on leur laissera demain… Mais si nos enfants ne sont pas le changement qu’on veut voir opérer demain, qui le fera? J’ai pas connu la guerre, et si nos grands-parents avaient arrêté de faire des enfants parce qu’il y avait la guerre, que resterait-il? Bref, je pense que c’est une joyeuse excuse pour continuer à consommer égoïstement – ou parce qu’on aime pas les gosses et qu’on ose pas le dire ouvertement. ahah.

On peut aussi aimer que ses gosses, c’est pas interdit !

J’arrive pas à voir le moche de tout ça, même si on m’a coupé toutes mes actions dans mon boulot (la prévention, c’est pas stratégique visiblement !), que je me suis sentie profondément inutile au monde (quel sens à ma vie, mon job, etc?). Y’a tellement de jolies choses à voir, à découvrir, à sentir. Tout n’est pas encore bétonné, vraiment. D’ailleurs, j’ai hâte de prendre mon vélo pour aller vérifier tout ça (mais pas en mode mini-baleine).

Un livre à lire absolument : « En roue libre », Lebreton

Allez, pour cette nouvelle année, je vous partage le livre d’un auteur que j’ADORE vraiment! C’est David Lebreton. Il vous réconciliera avec le vélo-si vous n’étiez pas déjà fan.

Forcément, il prône le mouvement physique, réel, dehors, en pleine nature. Je l’ai juste débuté, mais je suis déjà conquise. J’ai hâte de savoir ce que vous allez en penser. En attendant, prenez soin de vous, de vos proches… Et si cette période était tout simplement propice au changement, à la redécouverte des liens sociaux (les vrais), à la quête de sens, de bonheur, de vérité… Ce sont des recherches perpétuelles, mais il y a toujours des moments propices. Alors, bonnes recherches, ou bon plaisir pour ces petits moments de joie que vous saurez capter et BONNE ANNEE 2021 ! Si, si ! 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s