Sommes nous addicts au sport?

J’entends souvent cette phrase, dès lors que l’on pratique un sport un peu plus que la moyenne nationale. Alors, suis-je addict au sport? Et vous, l’êtes-vous aussi?

Avant d’établir des préjugés inutiles, convenons de ce qu’est une addiction! Le terme « addiction » recouvre les idées de « dépendance », de « s’adonner », de « manie », d' »accoutumance ». Addiction signifie « la répétition d’actes susceptibles de provoquer du plaisir mais marqués par la dépendance à un objet matériel ou, à une situation, recherchés et consommés avec avidité » (Pedinielli, 1997,8).

Addiction+au+sport+Activité+physique+stéréotypée,+pratiquée+au+moins+une+fois+par+jour,+très+investie.

Addiction au sport, mais quoi d’autre?

Bon, finalement cette définition nous donne bien peu de choses entre les choses que l’on aime faire et les choses dont on ne peut se passer! Alors Goodman (1990) a établit une liste plus précises avec des critères de dépendance :

  • Critère 1 : Impossibilité de résister aux impulsions à réaliser ce type de comportement
  • 2 : sensation croissante de tension précédant immédiatement le début du comportement
  • 3 : plaisir ou soulagement pendant sa durée
  • 4 : sensation de perte de contrôle pendant le comportement
  • 5 : présence d’au moins 5 des 9 critères suivants :
    • Préoccupation fréquente au sujet du comportement ou de sa préparation
    • Intensité et durée des épisodes plus importante que souhaitées à l’origine
    • Tentatives répétées pour réduire, contrôler, abandonner le comportement
    • Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre, ou à s’en remettre
    • Survenue fréquente des épisodes lorsque le sujet doit accomplir des obligations professionnelles, scolaires ou universitaires, familiales ou sociales
    • activités sociales, familiales, récréatives majeures sacrifiées du fait du comportement addictif
    • Perturbation du comportement bien que le sujet sache qu’il cause ou aggrave un problème persistant ou récurrent d’ordre social, financier, psychologique ou physique.
    • Tolérance marquée : besoin d’augmenter l’intensité ou la fréquence pour obtenir l’effet désiré, ou diminution de l’effet procuré par un comportement de même intensité
    • Agitation ou irritabilité en cas d’impossibilité de s’adonner au comportement
  • 6: Certains éléments du syndrome ont duré plus d’un mois ou se sont répétés pendant une période plus longue (Pedinielli, 1997, 9-9)

Voilà, c’est déjà un peu plus claire, non? Alors, êtes-vous addict au sport comme un alcoolique l’est pour la boisson, le toxicomane pour sa drogue…?

Grosse différence entre passion et addiction, à bon entendeur !

Publicités